Comme quoi il est facile de passer d'un billet humoristique à un document sérieux et un peu triste, laissez-moi vous conter aujourd'hui une histoire totalement inventée par votre serviteur.

Le printemps arrivé, le plus grand des goélands, le Goéland marin, doit apprendre à ses progénitures à se débrouiller toutes seules, lorsque les juvéniles sont en grade de manger par leurs propres moyens, quoi de mieux que la grêve d'un port, à marée basse...

Ce jour-là, un adulte encourage un juvénile à y aller, sous les yeux des passants.

Goéland marin - Larus marinus (1)

la victime, pas commune, une petite roussette (Scyliorhinus canicula) que nous appelons aussi Saumonette, sur les étals de poissonniers.

Petite roussette - Scyliorhinus canicula (2)

Petite roussette - Scyliorhinus canicula (4)

A l'agonie, mais pas pour longtemps, ces poissons ne s'échouent pas tout seuls en général, alors elle est peut-être le fruit d'une capture aux filets des pêcheurs, ne faisait-elle pas la taille pour la capture? le quota de pêche était-il déjà atteint? ou tout simplement était-elle une capture inopinée? je ne sais pas mais en tout cas, elle aura fait le bonheur de quelqu'un...il arrive, sonnant le glas de ces poissons (elles étaient deux). Une d'entre elles semble ne plus respirer....c'est parti!

Goéland marin - Larus marinus (2)

Goéland marin - Larus marinus (7)

Goéland marin - Larus marinus (6)

Goéland marin - Larus marinus (5)

Goéland marin - Larus marinus (4)

Ca peut sembler un peu voyeur de ma part, mais il faut savoir, qu'en plus d'être une scène de vie, nous ne pouvions pas intervenir, ils étaient hors de portée, de toutes façons peu de temps après elles étaient mortes, toutes les deux.

Papa (ou maman?) peut partir tranquille...

Goéland marin - Larus marinus (8)

Dura lex sed lex, comme on dit!

Port de Lampaul, 04/2017