Je me rends compte que je n'ai jamais fait de billet à propos d'un beau rapace que l'on peut croiser somme toutes assez souvent en France. Je l'ai vu aussi cet été et en triant mes photos, j'ai constaté que je n'en avais même pas parlé.

On est, à peu près tous d'accord pour dire qu'on a déjà vu une Buse variable, et que c'est même sûrement le rapace le plus commun (peut-être avec l'Epervier ou le Crécerelle). Chez moi c'est en tout cas vrai. Cependant, il existe un autre rapace qui ressemble pas mal à la Buse variable en vol, c'est la Bondrée apivore. Pour les chanceux ayant pu voir sa tête, on les distingue facilement. 

Bondrée apivore - Pernis apivorus (4)

Bondrée apivore - Pernis apivorus (5)

On ne peut pas se fier aux plumages de ces oiseaux, ils sont trop variables, surtout chez la Buse....variable. La tête de la Bondrée est plus petite et plus élancée que celle de la Buse, on dirait la tête d'un Coucou sur une Buse et elle est grise pour les mâles mais elle a un aspect général plus grand. Pas facile...

Lorsque la queue est bien ouverte en éventail, c'est pourquoi j'ai mis cette deuxième photo, on peut voir trois bandes transversales noires dont la dernière à l'extrémité de la queue, plus épaisse et marquée. Chez la Buse on ne voit souvent aucune bande noire (ou très fines) ou une seulement à l'extrémité.

Autre fait, des Buses variables vous pouvez en voir toute l'année, alors que la Bondrée est migratrice, en Hiver.....y a de grandes chances que ce soit une Buse

Voilà j'ai un peu potassé un allant piocher à droite et à gauche les informations nécessaires et notamment ici, notez que comme pour beaucoup d'oiseaux il est aussi possible de les différencier à leurs cris. 

http://www.oiseaux-birds.com

J'aime bien ce site car il est très détaillé, superbement illustré, bref pour moi c'est un incontournable

A bientôt, en espérant avoir été le plus clair possible....

Lorraine et Nord Italie, 08/2018

* La Bondrée se nourrit de larves d'hyménoptères (surtout les guêpes) qu'elle sort de leurs nids, mais aussi d'imagos et parfois d'abeilles, d'où ce clin d'oeil, heureux ou pas, à "l'apiculteur" de Bashung.